Philippe Compagnon

Philippe Compagnon, né en 1951 à Jonzac.

Vit et travaille à Paris depuis le début des années 80.

Il est principalement peintre, sculpteur, dessinateur et photographe, mais également graveur, éditeur de livre de bibliophilie et même vidéaste. 

Expositions personnelles :

2012 : Galerie Bernard Jordan, Paris

2010 : Compagnon/hasper (duo), Galerie Bernard Jordan, Paris

Photographies, Galerie Carré Bodoni, Cluny

2008 : Philippe Compagnon, Collégiale Sainte-Croix, Loudun.

2007 : Galerie Bernard Jordan, Paris

2006 : Trois murs et quelques tableaux, Ecole d’Art Gérard Jacot, Belfort

2005 : Philippe Compagnon, Espace d’Art Contemporain, La Rochelle

2004 : Philippe Compagnon, La Halle, Villefranche-de-Rouergue.

2001 : Abstractions faites, Musée du Donjon, Niort

Galerie Bernard Jordan, Paris

Galerie Pixi, Paris

1998 : Galerie Bernard Jordan, Paris

1995 : Galerie B.Jordan M.Devarrieux, Paris

1992 : Galerie M&M, Cannes

1991 : Galerie Bernard Jordan, Paris

1990 : Condeso-Lawler Gallery, New-York

 

Expositions collectives :

 

2017 : Galerie Pixi - Marie Victoire Poliakoff, avec Jacques de Longeville, "Le territoire des êtres", Paris

2015/2016 : Oficina de San Jeronimo, Casa del Lector, Matadero, Madrid

2015 : 90°- géométries urbaines, Médiathéque,Bagnolet 

Fusion, Musée du fer, Reichshoffen

2014 : Une galerie, un regard, Galerie Pixi,

Marie Victoire Poliakoff, Paris         

Je suis là, vous êtes ici, Vous êtes ici, Haubourdin  

Pourquoi pas de foudre ?, Le Pavillon, Pantin

2013 : 7+1 Architekur, Volumen, Räumlichkeit.

Galerie Jordan-Seydoux, Berlin.

BuntStrichBleiStift, Galerie Bernard Jordan, Zürich

2012 : Bréves rencontres, Galerie MGE, Paris

2011 : PLC Punto-Linea-Curva, CC. Borges, Buenos Aires

Galeria Vasari, Buenos Aires

2010 : Rencontres 36, La Vigie, Nimes

Transfrontaliers, La Mals, Sochaux

Blanc sur fond blanc, Galerie Pixi

Le boudoire de Marie-Victoire Poliakoff, Paris

Sculpture en l’ile, Andresy

 

2007 : Merci, Galerie Pixi de Marie Victoire Poliakoff

Orthodoxe/Hétérodoxe : choisir sa ligne

Hôtel de Sponeck, Montbéliard

2006/2007 : Carte blanche à la galerie Bernard Jordan, 

Musée Matisse, Cateau Cambresis

2004 : Posé sur le papier, Galerie Bernard Jordan, Paris

2003 : 4 peintres, KIC, Zagreb

5 rue Chapon, Carré Saint-Vincent, Orléans

2002 : Number One is a duck, Galerie Bernard Jordan

2001 : Bobigny aqui; Sao Paulo là : A Arte Viaja, (avec C. Poncin et J. Ducorroy), FAAP Sao Paulo, Brésil

Collection, Frac Alsace, Sélestat

FIAC, Galerie Bernard Jordan

2000 : 1/2000, Collège Jacques-Cartier, Chauny

1999 : 30 artistes 1969-1999, Assemblée Nationale, Paris

Collection, FRAC Alsace, Sélestat Galerie B. Jordan, Paris

1998 : Conexoes/Colçoes, Arvore, Porto, Portugal

1997/98 : Remise en forme, Galerie Xippas, Paris

1997 : La règle et l’émotion, Musée Campredon, L’Ile-sur-Sorgue

1996 : IX Biennale de sculpture, Musée Polychronopoulos, Skironio, Grèce

Installations et Sculptures, Fond Départemental D’Art

Contemporain de Seine Saint-Denis, Le Blanc-Ménil

(peintures), Centre Culturel, Noisy-le-Sec

1996 : IX Biennale de sculpture, Musée Polychronopoulos, Skironio, Grèce

Installations et Sculptures, Fond Départemental D’Art

Contemporain de Seine Saint-Denis, Le Blanc-Ménil

(peintures), Centre Culturel, Noisy-le-Sec

1995 : Un mot pour le dire, Galerie Satellite, Paris

1994 : Papiers peints, Galerie Le Carré, Lille

1993 : Compagnon, Cuzin, Ravel, Musée des Beaux-arts, Chartres

Compagnon, Cuzin, Revel, Galerie B. Jordan, Paris

1991/92 : Balzac, Compagnon, Dehais, Galerie Praz-Delavallade, Paris

1991 : 50 Artistes pour le 25e Anniversaire, Cité Internationale des Arts, Paris

Sculpture en Eté, Saint-Raphaël

Collection d’Art Contemporain, CAC, Brétigny-sur-Orge

1990 : Stephen Bambury, Philippe Compagnon, CAC, Brétigny-s/Orge

Le Carnet d’Artiste, Galerie B. Jordan, Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis des années, la pratique de Philippe Compagnon, rigoureuse et réfléchie, consiste à explorer les profondeurs possibles de l’espace du tableau, en dehors du champ de toute perspective naturaliste. A mettre en évidence la complexité du rapport entretenu par le sentiment de perspective dans un espace à deux dimensions, et la réalité même de cette surface. Ce qui parait figurer devant se révèle se situer dans le même plan que le motif qui lui faire fond. Et réciproquement.

En lui proposant d’exposer sous la Halle, dépourvue de cimaises et de cloisons, de le priver donc de la référence naturelle de la peinture, la verticalité du plan, Art en Chartreuses a place Philippe Compagnon dans une situation particulière. Sa réponse, après un naturel temps de réflexion, a été enthousiaste et déterminée. Comme si cette occasion impromptue lui permettait d’accomplir un nouveau pas dans l’approfondissement de sa recherche. Ou plutôt comme si la maturité de sa pratique trouvait ici une opportunité de donner une forme nouvelle à son propos.

Philippe Compagnon a donc décidé d’entreprendre une expérience de décomposition dans l’espace du processus même de sa peinture. D’apporter une troisième dimension à la matérialité des plans subjectifs qui construisent ses tableaux. De développer dans l’espace de profondeur des couches qui composent la peinture, plutôt que de simplement creuser le relief de la perspective. Philippe Compagnon a choisi de présenter des tableaux en volume.

Pierre Patrolin