Alain Frentzel

Alain Frentzel extrait des corps de son contexte, capture et isole le mouvement d’une actualité amnésiée : postures de manifestants, de sportifs, de danseurs, d’artistes performeurs. La vie dans les plis (nommée ainsi d’après les mots d’Henri Michaux) constitue la première série de ce travail. Le marouflage fait apparaitre les plis du papier déformé sous le poids de la peinture.

 

Dans  Le Regard d’Ulysse de Théo Angelopoulos (1995), les personnages se retrouvent pour danser dans le brouillard de Sarajevo. Harvey Keitel, tournoie et danse avec une jeune femme, un instant illusoire de bonheur, une vitalité étouffée comme la peinture sous le papier.